C’est quoi un objet BIM générique ?

Juin 12, 2019

Pourquoi ce sujet est si important ? Parce qu’il touche à la qualité et à la gouvernance de la data, puisqu’à l’objet BIM sont associées des données de plus en plus qualifiées. L’objet générique est garant d’une conception neutre, puis d’une mise en relation avec les produits manufacturés existants.

Pour en savoir plus : l’atelier « Les propriétés, objets BIM et IFC : sans sémantique pas de BIM ! » au BIM’s day le 28 juin au Cnam à 11h et à 14h30.

Il n’existe pas de norme permettant de définir un objet. ex. un parallélépipède est un objet qui peut être suivant ses proportions un bloc ou une brique, un tube (acier) ou une planche (bois) ou une plaque (plâtre ou acier) ou un isolant… Ce sont ses différentes propriétés qui peuvent le différencier.

  • Un modèle d’objet est un objet comportant sa description (propriétés) mais sans valeur indiquée : c’est un groupe de propriétés au sens de la norme EN ISO 23386. ex :  un socle de prise de courant est décrit par une propriété “mode de pose”, une propriété “tension assignée” une propriété “courant nominal”.
  • Un objet générique est un modèle d’objet auquel sont associées des valeurs pour certaines propriétés. ex : un socle de prise de courant est décrit par une propriété “mode de pose” = encastrée, une propriété “tension assignée” = 240V ou 110V, une propriété “courant nominal” = de 4A à 16A…Les valeurs peuvent être unique, ou liste, ou plage, ou mini, ou maxi, etc. Un objet générique permet donc, à partir d’un modèle d’objet, de définir ses exigences.
  • Un objet manufacturé est un modèle d’objet auquel sont associées des valeurs fixes correspondant aux valeurs d’un produit manufacturé existant. ex : le socle de prise de courant est décrit par une propriété “mode de pose” = encastrée, une propriété “tension assignée” = 240V, une propriété “courant nominal” = 16A , une propriété “fabricant” = Truc&co, …

Des filières se sont mobilisées pour proposer des modèles d’objets fiables pour concevoir, mettre en oeuvre et maintenir des ouvrages conçus ou rénovés en BIM. Ces modèles d’objets se veulent des références : les utiliser doit permettr de gagner du temps et de pérenniser les modèles de données sur des bases pertinentes et cohérentes. Il est intéressant d’examiner les questions que ce se sont posé ces organisations professionnelles pour initier cette démarche, les étapes clé de leur projet et les livrables auxquels ils ont abouti, pour en tirer de bonnes pratiques.

Les questions sur les objets génériques ne s’arrêtent bien sûr pas là, preuve que les professionnels – qu’ils soient prescripteurs, industriels-fabricants, ou de mise en oeuvre – ont besoin d’y voir le plus clair possible dans ce paysage en construction ! Quel est l’usage réel des objets génériques aujourd’hui ? Existe-t-il une plateforme dédiée à la mise à disposition d’objets génériques ? Et le recensement POBIM dans tout cela, à quoi sert-il ? Pourquoi parle-t-on de dictionnaire ? Comment passe-t-on de la phase définition de propriétés en langage métier à la phase production de données exploitables par les machines ?…

Rdv à l’atelier « Les propriétés, objets BIM et IFC : sans sémantique pas de BIM ! » au BIM’s day le 28 juin au Cnam à 11h et à 14h30.

Animateur : Frédéric GRAND, coordinateur international et normalisation de bSFrance, membre de la Product Room bSI.

  • Les objets BIM : décodage.
  • « Comment des instances professionnelles se sont organisées pour mettre à disposition des objets génériques de leur filière ? Qu’est ce qui est ou sera disponible et pour quels usages ? ». 3 REX avec la FIB (Paul SAUVAGE), la FFTB (Laetitia BERTEL) et Ignes (Vincent HUIN).
  • Un guide pratique bSFrance en cours de finalisation. Valentin MALEMANCHE, manager « Product Room » de bSFrance, BIM&Co.
  • Les dictionnaires de propriétés et bibliothèques d’objets : état des lieux, le futur – POBIM, initiatives internationales et bSDD. Laurent ORTAS, référent « Product » de bSFrance, Saint-Gobain.
  • La problématique de la sémantique métier en IFC : Pourquoi la France est-elle moteur ? Quelles sont les propositions portées par bSFrance ? Est-ce que cela va changer les IFC demain ?  Daniel SAID, groupe de travail « IFC et sémantique » de bSFrance, Bouygues Construction.
X