Véritable moteur pour faire progresser l’utilisation du BIM, la formation initiale s’adapte à la réalité du terrain. Bac Pro, BTS… l’enseignement évolue pour accompagner la transition numérique. Mais où est-on exactement ?

Parce que les jeunes sont l’avenir des entreprises du bâtiment, promouvoir l’utilisation du BIM dans les établissements de l’Éducation nationale apparaît essentiel et naturel. Les réflexions lancées depuis plusieurs mois, voire années, se concrétisent aujourd’hui par l’évolution des programmes et des diplômes des formations initiales. « Dans l’intérêt des jeunes en formation, nous avons lancé en 2013 des séminaires de réflexion, en y associant les entreprises, explique Jean-Michel Schmitt, de l’Inspection générale de l’Éducation nationale en charge des diplômes du BTP. Depuis, nous avons poursuivi ces démarches en y intégrant les enseignants. Il est intéressant de constater qu’il n’y pas eu beaucoup de résistance au changement, preuve que le BIM est une tendance incontournable aux yeux de tous. » Des initiatives avaient même déjà émergé auparavant dans les lycées, avec des retours très positifs concernant la motivation des élèves. Des projets collaboratifs ont ainsi vu le jour pour comprendre et apprendre le fonctionnement des maquettes numériques et s’initier à la démarche BIM.

Le BIM s’intègre dans les diplômes

Différents diplômes qui viennent d’être rénovés ou qui sont en cours de rénovation sont concernés par l’intégration (déjà effective, en cours ou en projet) du BIM : BTS EBCR (enveloppe), MGTMN (géomètre), CM (constructions métalliques), EEC (études et économies de la construction)… Cédric Dziubanowski, inspecteur de l’Académie de Nantes, confirme cette évolution dans les établissements, notamment depuis la création du PTNB : « Le BIM a des vertus pédagogiques fortes. Il faut donc se donner les moyens d’accompagner le changement pour que les jeunes puissent bénéficier des outils de travail et des bonnes méthodes dès maintenant. Dans l’académie de Nantes où j’exerce, 15 BTS, 15 bacs professionnels, des licences pro et des formations continues (GRETA…) prennent en compte, ou vont le faire très bientôt, le BIM. » En parallèle, d’autres réunions auxquelles a participé Mediaconstruct ont permis de faire remonter des « Compétences BIM » qui définissent le vocabulaire à utiliser lors des formations.

D’autres projets en cours pour l’Éducation nationale

L’investissement de l’Éducation nationale ne s’arrête pas là : « Nous avons la volonté de développer des actions école-entreprise, continue Jean-Michel Schmitt. Lancer un concours BIM, s’appuyer aussi sur la formation continue et les campus d’excellence en formation professionnelle à l’étranger, répondre à l’appel à projets PACTE, apporter une contribution à la création de la plateforme en accès libre de l’École numérique et industrie (ENI), où des ressources numériques pédagogiques seront disponibles pour les entreprises et les enseignants… Nous devons également nous pencher sur la question d’une certification BIM avec les différents partenaires concernés. Bref, nous n’en sommes qu’au début ! »

Cet article est une création originale de Mediaconstruct

 

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

Membre de bSI depuis 1996, buildingSMART France – Mediaconstruct, association loi 1901, accompagne la transformation digitale de la Construction par le développement de l’openBIM et de bonnes pratiques de travail en BIM. Son objectif : la continuité numérique entre Construction, Exploitation et Territoires.

NOUS SUIVRE

                      

© Copyright 2019 Mediaconstruct - Mentions Légales

X