Tous les métiers peuvent trouver un intérêt à utiliser le BIM, y compris la SCNF dans le cadre de la maintenance de son réseau. Bruno Landes, chef de division à la Direction Technique Ingénierie et Projets de la SNCF, nous explique comment et pourquoi son entreprise mise aujourd’hui sur le BIM-PLM. Une démarche qui va bien au-delà de la gestion du patrimoine…

Blog du BIM : Pourquoi avez-vous décidé d’utiliser le BIM ?
Bruno Landes : Début 2013, j’ai poussé l’idée de la mise en place d’une maquette numérique collaborative auprès du comité de Direction de l’ingénierie SNCF. Le BIM est dans l’ère du temps et promet de belles opportunités pour une entreprise comme la nôtre : je n’ai pas eu de mal à convaincre !
Même si le BIM avait d’abord vocation à aider les professionnels lors de la phase de construction des bâtiments, les outils ont évolué. Pour la SNCF, l’objectif est surtout de se pencher sur l’existant. Cette rétro-ingénierie est possible aujourd’hui : toutes les données sont une mine d’informations pour accompagner la gestion des infrastructures. Nous devons être capable d’améliorer la maintenance prédictive de notre réseau et les enjeux sont de tailles : la régularité du trafic est à optimiser tout en conservant notre exigence au niveau de la sécurité des usagers.

Blog du BIM : Quelles furent les étapes d’intégration du BIM au sein de votre entreprise ?
B.L. : Un premier projet pilote a vu le jour fin 2015. L’idée est de profiter de la puissance collaborative du BIM dans le cadre d’un programme de mise en place de balises européennes de sécurité. Le BIM est utilisé pour les métiers de la voie et de la signalisation. Sur ce pilote, nous travaillons avec Dassault Systèmes et les régions de Metz et Strasbourg.
Deux autres projets pilotes suivent : un en lien avec les caténaires dans le cadre du projet Charles de Gaulle Express pour lequel l’alimentation électrique doit être modélisée. Nous utilisons les outils de Bentley. L’autre avec la gare de Saint-Cloud, dont la modernisation est en projet, avec Revit édité par Autodesk.
Même si nous n’en sommes qu’aux premières étapes de la mise en place, nous récoltons d’ores et déjà l’adhésion de notre direction qui croit aux performances du BIM. Et ils ne sont pas les seuls : de nombreux appels d’offres réclament l’utilisation du BIM. A nous d’aller encore plus loin dans cette direction.
Nous sommes par ailleurs partie prenante des ateliers menés dans le cadre du projet MINdD, que co-dirige Christophe Castaing de Mediaconstruct. Le ferroviaire ne doit pas être laissé de côté et notre voix est entendu. Les échanges sont constructifs.

Blog du BIM : Avez-vous formé une partie de vos équipes ? Comment ?
B.L. : Pour nos projets pilotes, nous partions de zéro. A l’origine, la plupart de mes collaborateurs ne connaissaient pas le BIM. Pour se mettre à niveau, ils ont suivi des formations. La prise en main des outils s’est faite facilement. Ils ont fait preuve de volonté pour surmonter leurs craintes. Le BIM ne remet pas en cause leurs compétences, bien au contraire. Cet outil représente l’avenir pour l’entreprise, bien sûr, mais aussi pour eux-mêmes en tant que professionnels.
Même si nous n’en sommes qu’aux prémices de l’utilisation du BIM, l’adaptation s’est faite sans difficulté. La volonté commune et la bonne organisation des différents intervenants sont une base saine pour avancer de manière efficace.

Blog du BIM : Misez-vous sur les IFC ?
B.L. : L’interopérabilité que permet le langage IFC est primordiale dans notre démarche de gestion de patrimoine. Elle est même une obligation absolue. Nous avons besoin de récupérer les informations données par les autres métiers pour profiter au maximum du BIM.

Blog du BIM : Quelles sont les apports et perspectives d’une technologie comme le BIM pour la SCNF ?
B.L. : La maquette numérique nous aidera à améliorer notre connaissance du réseau comme aucun autre outil. Elle est synonyme de performance économique, lors des études, lors des travaux de rénovation ou construction… et lors de la maintenance des voies ou des gares. Le BIM répond également à nos objectifs d’innovation. Notre entreprise doit être compétitive et moderne, que ce soit pour nos usagers mais aussi pour nos collaborateurs. Nous devons rester attractifs aux yeux des meilleurs ingénieurs et le BIM participe à cette image de qualité.

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

Membre de bSI depuis 1996, buildingSMART France – Mediaconstruct, association loi 1901, accompagne la transformation digitale de la Construction par le développement de l’openBIM et de bonnes pratiques de travail en BIM. Son objectif : la continuité numérique entre Construction, Exploitation et Territoires.

NOUS SUIVRE

                      

© Copyright 2019 Mediaconstruct - Mentions Légales

X